Traitement par ondes de choc extracorporelles versus injection des trigger points dans le traitement du syndrome de la douleur myofasciale du carre des lombes

Traitement par ondes de choc extracorporelles versus injection des trigger points dans le traitement du syndrome de la douleur myofasciale du carre des lombes

INTRODUCTION

Le Syndrome de Douleur Myofasciale (SDM) des muscles stabilisateurs du rachis est l’une des causes les plus fréquentes de lombalgies chroniques. Parmi ces muscles, le carré des lombes présente fréquemment des Trigger Points.

Le SDM est une cause fréquente de douleur et de dysfonction musculo-squelettique et représente 20% à 95% des consultations dans les centres de traitement de la douleur.

Le principal objectif du traitement du SDM est de rompre le cercle vicieux de la douleur à travers l’élimination des Trigger Points.

La thérapie par ondes de choc extracorporelles (TODCE) a progressé en tant que traitement alternatif pour le SDM chez les patients présentant des symptômes persistants après le traitement conservateur traditionnel.

Les mécanismes d’action des ODC ne sont pas connus avec exactitude mais ils existent des hypothèses suggérant qu’il existe une transduction d’un signal d’ODC en un signal biologique entraînant la prolifération et / ou la différenciation cellulaire via un processus de mécano-transduction. Les avantages des ODC comprennent principalement son caractère non invasif et ses effets secondaires minimes.

Le but de cette étude était d’évaluer l’efficacité clinique de la TODCE pour le SDM dans le QL. Notre évaluation a comparé les indices de douleur et d’incapacité entre deux groupes de sujets : les patients traités par TODCE et les patients traités par Injection du Trigger Point (ITP).

 

OBJECTIF
  • Évaluer l’efficacité des ODC dans le traitement du SDM du carré des lombes

 

METHODES

Participants

30 patients ont été inclus, présentant une lombalgie de plus de 3 mois dû à un SDM du carré des lombes diagnostiqués selon les critères de Simons, Mense et Vecchiet.

Les patients présentant d’autres pathologies lombaires, telles que la sténose spinale, tumeur spinale, hernie discale, spondylolisthésis, instabilité vertébrale, radiculopathie  et myélopathie ont été exclus.

Les sujets présentant les caractéristiques suivantes ont été également exclus :

  antécédents de traitement par ODC ou de chirurgie de la colonne lombaire;

  déficits neurologiques touchant les membres inférieurs;

  maladie cardiovasculaire;

  arthrite inflammatoire;

  infection locale;

  arythmie cardiaque;

  pacemaker cardiaque;

  et grossesse.

Protocole

Sur les 30 patients :

  15 ont reçu un traitement par ODC

  et les 15 autres une injection des Trigger Points du carré des lombes.

 

Tous les patients ont réalisé un traitement conservateur à base d’antalgiques, repos et exercices thérapeutiques.

Le traitement par ODC a été appliqué sur le point le plus sensible du muscle carré des lombes, avec 2000 ODC par séance avec une intensité de 0,085 à 0,148 mJ/mm².

Cette procédure a été réalisé trois fois au total, à trois jours d’intervalle.

L’injection des Trigger Points a été également réalisée trois fois au total, à trois jours d’intervalle.

Pour les deux traitements la localisation du carré des lombes a été faite sous échographie.

Évaluation

L’intensité de la douleur a été mesuré par une échelle visuelle analogique (EVA ; 0-10) et par le seuil de douleur à la pression (PPT) sur le muscles carré des lombes à l’aide d’un algométre.

L’évaluation du handicap à été faite par l’Oswestry Disability Index (ODI) , Roles and Maudsley (RM) score et la Back Pain Disability Scale (QBS).

L’évaluation a été faite avant le traitement, immédiatement après et un moins après le traitement.

 

RESULTATS

  Les résultats (Fig. 1) révélaient des différences statistiquement significatives pour toutes les variables dans les deux groupes immédiatement après et un mois après les traitements.


   Il n’y a pas eu de différences statistiquement significatives après le traitement entre le groupe ODC et le groupe Injection pour le handicap mesuré avec l’ODI, score de RM et le QBS.

   Il existe des différences statistiquement significatives en faveur des ODC par rapport à l’injection pour l’EVA et le PPT.

 

CONCLUSION

Le traitement d’ODC pour le SDM du carré des lombes a entraîné une réduction de la douleur significativement plus importante par rapport à l’injection des Trigger Points, ce qui démontre peut-être que ce traitement non invasif est efficace pour les patients présentant un SDM du carré des lombes.

Le traitement par ODC présente de nombreux avantages.Il est non invasif, moins douloureux, présente moins de complications par rapport aux injections, ne laisse pas de cicatrice, et n’a aucun potentiel risques d’infections ou de réactions allergiques.

 

Article original : Jin Oh Hong, MD, Joon Sang Park, MD, Dae Geun Jeon, MD, Wang Hyeon Yoon, MD, Jung Hyun Park, MD, PhD. Extracorporeal Shock Wave Therapy Versus Trigger Point Injection in the Treatment of Myofascial Pain Syndrome in the Quadratus Lumborum. Ann Rehabil Med. 2017 Aug; 41(4): 582–588

NOS PARTENAIRES