ÉVOLUTION DE L’ACTIVITÉ ÉLÉCTROMYOGRAPHIQUE DES SECOUSSES MUSCULAIRES PENDANT LE DRY NEEDLING DES POINTS GACHETTES LATENTS DU MUSCLE GASTROCNEMIEN: UNE ÉTUDE TRANSVERSALE

ÉVOLUTION DE L’ACTIVITÉ ÉLÉCTROMYOGRAPHIQUE DES SECOUSSES MUSCULAIRES PENDANT LE DRY NEEDLING DES POINTS GACHETTES LATENTS DU MUSCLE GASTROCNEMIEN: UNE ÉTUDE TRANSVERSALE

Luis Baraja-Vegas, PT, PhD, Saúl Martín-Rodríguez, MSc, Francisco Piqueras-Sanchiz, MSc, Julio Martín-Ruiz, PhD, Mireia Yeste Fabregat, PT, Lidiane L. Florencio, PT, PhD, et César Fernández-de-las-Peñas, PT, PhD.

INTRODUCTION

Le point gâchette myofasciale (MTrP) est un point hyperirritable localisé dans un cordon musculaire du muscle squelettique et qui est douloureux lors de la compression, de l’étirement, de la surcharge ou de la contraction du tissu. Les points gâchettes sont une cause fréquente de douleur musculaire et de troubles moteurs. On peut différencier les MTrP actifs et latents : Les MTrP actifs sont ceux qui provoquent les plaintes cliniques du patient et qui lors de l’examen clinique ils reproduisent les symptômes du patient. Les MTrP latents ne provoquent pas de symptômes de manière spontanée et quand ils sont stimulés la douleur déclanchée ne se correspond pas à celle décrite par le patient. Par contre il a été démontré que la présence de MTrP latents peut provoquer des troubles moteurs : modification des schémas moteurs, fatigabilité musculaire accélérée, augmentation de l’activation de co-antagonistes, etc.

Parmi les techniques indiquées pour le traitement de MTrP nous retrouvons le Dry Needling ou Puncture Sèche qui est une technique qui utilise une aiguille de type acupuncture pour stimuler les MTrP afin de traiter les troubles neuro-musculo-squelettiques. La technique le plus souvent utilisée est basée sur l’obtention d’une secousse musculaire ou Local Twitch Response au cours de l’intervention. Actuellement il existe un débat sur le nombre de secousses musculaires qui devrait être obtenu pendant le traitement par Dry Needling pour être plus efficace et si l’obtention des secousses musculaires est vraiment nécessaire pour obtenir un effet thérapeutique.

OBJECTIFS

Les objectifs de cette étude étaient :

  • Étudier l’évolution de l’activité Électromyographique (EMG) maximale de chaque secousse musculaire lors de l’application du Dry Needling dans les MTrP latents du muscle gastrocnémien médial.
  • Étudier les modifications de l’EMG superficiel du gastrocnémien médial avant et après l’application du Dry Needling des MTrP latents.
METHODES

Population

Au total 20 hommes en bonne santé présentant les critères suivants ont été inclus dans cette étude:

1) sujets asymptomatiques ne présentant aucun type de blessure aux membres inférieurs;

2) pas de pathologie du tendon d’Achille dans les six mois précédant l’intervention;

3) ne pas avoir réalisé d’exercice intensivement 48 heures avant l’intervention; 

4) la présence d’un MTrP latent dans le muscle de gastrocnémien médial

Procédure de Dry Needling

Tous les participants ont reçu une seule séance de Dry Needling dans les MTrP latents du muscle gastrocnémien. Lorsque le MTrP latent a été localisé, la peau sus-jacente a été nettoyée avec un antiseptique. Une aiguille de Dry Needling a été insérée entre 5 mm et 10 mm jusqu’à ce que la première secousse musculaire apparaisse (Figure 1). Ensuite l’aiguille a été déplacée «de bas en haut» dans le muscle gastrocnémien interne jusqu’à l’obtention d’un totale de 10 secousses musculaires. Une fois l’aiguille retirée, une pression manuelle a été immédiatement appliquée sur la peau à l’aide d’un coton.

Enregistrement de l’EMG

Des électrodes ont été placés à 20 mm l’un de l’autre, de chaque côté du MTrP, et fermement fixés avec un ruban adhésif bilatéral sur le corps musculaire du gastrocnémien médial.

RESULTATS
  • L’analyse ANOVA a révélé une diminution significative (P <0,001) de l’amplitude maximale de l’EMG après chaque secousse musculaire (Figure 2). 
  • L’analyse de Bonferroni a révélé des différences significatives lors des trois premières secousses musculaires (P <0,001), avec une stabilisation à partir de la cinquième secousse musculaire (Figure 2).
  • Aucun changement significatif n’a été trouvé pour les données d’EMG moyennes avant ou après.

 

 

CONCLUSIONS

Cette étude a révélé que l’amplitude maximale de l’EMG des secousses musculaires induites lors de l’application du Dry Needling des MTrP latents du muscle gastrocnémien médial diminuait par rapport à l’amplitude maximale des secousses précédentes; cependant, aucun changement dans l’activité EMG au repos n’a été trouvé après le Dry Needling.

NOS PARTENAIRES