NEUROSTIMULATION PERCUTANEE

NEUROSTIMULATION PERCUTANEE

Le système somatosensoriel permet de percevoir le toucher, la pression, la douleur, la température, la position, les mouvements et les vibrations. Les nerfs somatosensoriels se se localisent dans la peau, les muscles, les articulations et le fascia et comprennent des thermorécepteurs, des mécanorécepteurs, des chimiorécepteurs, et des nocicepteurs qui envoient des signaux à la moelle épinière et au cerveau pour un traitement ultérieur.

 

Les lésions ou des dysfonctions du système nerveux somatosensoriel peuvent entraîner une transmission altérée et désordonnée des signaux sensoriels dans la moelle épinière et le cerveau. Les alterations du périphérique peuvent modifier les propriétés électriques des nerfs sensoriels, ce qui peut provoquer ensuite à des déséquilibres entre la signalisation excitatrice centrale et la signalisation inhibitrice, de telle sorte que les interneurones inhibiteurs et les systèmes de contrôle descendant sont altérés. En même temps, la transmission des signaux sensoriels et les mécanismes de désinhibition ou de facilitation sont modifiés au niveau des neurones de la corne dorsale de la moelle épinière.

 

Ces changements menent les voies sensorielles vers un état d’hyperexcitabilité, et vers une succession de changements neuroplastiques allant de la périphérie au cerveau pouvant contribuer au developement et persistance de la douleur chronique. De nombreux facteurs sont impliqués dans le développement de la douleur chronique, notamment la sensibilisation périphérique et les changements synaptiques et moléculaires au niveau de la moelle épinière et du cerveau. Le dysfonctionnement des interneurons inhibiteurs et des systèmes descendant de modulation de la douleur contribuent à perturber l’équilibre entre les inhibitions et les excitations neuronales; spécifiquement, l’atteinte du tronc nerveux entraîne un changement vers d’excitation neuronale. En conséquence, le cerveau reçoit des messages sensoriels altérés et anormaux.

Il est important à constater que la douleur du nerf périphérique peut survenir sans déficit neurologique et sans anomalie électrodiagnostique conventionnelle, pouvant être confondue avec d’autres tableax cliniques tels que le syndrome de douleur myofasciale, tendinopathies, artropathies, etc. Elle est souvent décrit comme profond et sourd, et aggravé par le mouvement, l’étirement des nerfs ou la palpation ce qui engage l’innervation nociceptive du propre nerf ; le nervi nervorum. Pour le traitement de ce tableau clinique, la Neurostimulation Percutané se positione étant un option très efficace et sure.

 

La Neurostimulation Percutanée Musculo-squelettique est une technique de neuromodulation électrique avec des effets antalgiques très puissants utilisé pour traiter les troubles neuro-musculo-squelettiques, et qui est devenue de plus en plus populaire ces dernières années car c’est une thérapie alternative et complémentaire présentant des propriétés bénéfiques et préventives dans la prise en charge des troubles neuro-musculo-squelettiques aigus et chroniques tels que la lombalgie, les maux de tête, les douleurs neuropathiques, les névralgies post-herpétiques, la sciatique, la douleur cervicale chronique, les douleur d’épaule et genou etc. Les études de recerche clinique et fondamentale sur la Neurostimulation Percutanée prouvent son innocuité, son efficacité et de son rapport coût-efficacité par rapport a d’autres traitement médicamenteux et non-médicamenteux.

 

Le traitement par Neurostimulation Percutanée à pour but l’activation de méchanismes de modulation de la douleur et de neuroplasticité à l’aide de la stimulation éléctrique non douloureuse des nerfs périphériques. Elle réalisée sous contrôle échographique avec des électrodes bipolaires en forme d’aiguilles de puncture sèche qui sont insérées dans des zones très precises et connectés à un dispositif puis retirées à la fin de la séance de traitement. Les paramètres de stimulation (type de courrant, durée, fréquence, montage et localisation des électrodes) sont très importants pour le succés du traitement.

 

La Neurostimulation Percutanée prends en compte que le concept de modulation implique une transmission neuronale plastique et variable ainsi qu’un equilibre entre  l’excitation et l’inhibition. Les condition préalables pour l’application de la Neurostimulation Percutanée sont : la convergence de différents types de neurones afférents au niveau médullaire et la présence d’un sytème de modulation decendent intact, ce qui garanti les effets thérapeutiques. Concernant les méchaniques d’action de la Neurostimulation Pertutanée il ne sont pas profondement conus avec exactitude, mais il a été suggéré que la Neurostimulation Percutanée de fibres A-β afférentes bloque la transmission nociceptive au niveau médullaire, validant ainsi la «théorie du Gate Control» de Melzack et Wall. Les données expérimentales montrent également une augmentation de la concentration de β-endorphines et de méthionine-enképhaline dans le liquide céphalorachidien après l’application d’un traitement de Neurostimulation Percutanée cela pourrait bloquer la liberation glutamate et de l’aspartate, neurotransmisseurs excitateurs et activer la substance grise périacueductale. Les effets de la Neurostimulation Percutanée sur l’excitabilité des nerfs périphériques stimulés sont notamment: l’hyperpolarisation de la membrane plasmatique, le ralentissement de la vitesse de conduction, l’augmentation du seuil électrique de dépolarisation et la libération des facteurs de croissants nerveux.

 

NOS PARTENAIRES